Ordre de la IVème armée (10 janvier 1915)

Sous lieutenant Bourgeois  -  Pendant toutes les attaques du 24 novembre au 30 novembre, a constamment maintenu la section qu'il commandait aux points les plus avancés. Blessé à la tête, s'est assis sur le parapet pendant une attaque de l'ennemi et a abattu quatre allemands à coups de fusil.

Ordre de la IVème armée n°171

Sergent Leblond Eugène - Au cours d'un combat à la baionette, a répondu à un officier allemand qui lui disait: "Français rendez vous !" : "Un français meurt mais ne se rend pas !". A combattu jusqu'à la dernière extrémité. Mort le 30 décembre 1914 au Bois de la Gruerie.

eug_ne_leblond1

Ordre du 2ème Corps d'armée.

Sergent Baude Marcel - Blessé au cours d'un combat, a passé le commandement à un de ses camarades et est resté auprès de son lieutenant en disant: "je suis blessé au bras mais je continue". Mort le 30 décembre 1914 au Bois de la Gruerie.

marcel_baude1

Médaille militaire

Soldat Mevel Yves - Soldat de 2ème classe au 72ème RI (3ème compagnie) boy scout de la section de Morlaix, est parti à l'âge de 16 ans avec un détachement de renfort à destination du 72ème RI. Grièvement atteint de six balles, a entonné la Marseillaise ! a perdu l'oeil droit.

Ordre de la IIIème armée

Soldat Maillard Pierre - Lieutenant au 72ème RI blessé mortellement le 13 juillet 1915 en chargeant à la baionnette à la tête de sa compagnie sous un feu très violent. Oubliant sa souffrance, n'a cessé d'encourager ses hommes et à demandé avant de perdre connaissance si la tranchée allemande était prise. Mort le 14 juillet 1915 au Bois Bollante.

pierre_maillard

Citation trouvée dans le journal Sporting du 15 juillet 1915: Charles TABOUREUX, président de l’US. de Froissy, vice-président du FCOS. Cité à l’ordre du jour : "Soldat brancardier au 72ème d’infanterie, est allé à plusieurs reprises, relever des blessés sous le feu de l’ennemi. S’est plus particulièrement distingué, le 26 novembre, en allant chercher, sous un tir de bombes, un commandant de compagnie blessé et dont l’abri s’était effondré." (Merci à Jean Claude Poncet pour cette info).